Appartenances

Rapport Annuel 2021

www.appartenances.ch

Notre rapport annuel est désormais accessible en format numérique interactif

Pour en profiter pleinement vous pouvez scanner le code QR ci-dessous ou saisir l’hyperlien:
https://appartenances.ch/rapport/2021/

Vous souhaitez recevoir un exemplaire papier?
Il vous suffit d'envoyer un message à communication@appartenances.ch

QR Code

Association

Vincent Barras, président & Nathalie Narbel, directrice

Éditorial

La mission d’Appartenances, plus indispensable que jamais

Il y a un an, nous constations, dans ces mêmes pages, à quel point les crises qui secouent le monde et affectent nos sociétés en profondeur semblaient apporter la confirmation que le travail des associations comme Appartenances, vouées à l’accueil, au soin, à l’intégration des personnes sujettes aux aléas de la marche du monde, était indispensable. Comme chaque année au moment de faire le bilan provisoire, il y avait l’espoir que, au bout de l’effort, les temps à venir seraient meilleurs, que les difficultés rencontrées par les personnes les plus démunies, les plus vulnérables, et tout particulièrement les personnes migrantes, verraient un jour leur terme. Or, les évolutions les plus récentes semblent venir contredire ces espoirs et rendre encore plus nécessaire notre mission. En 2021, Appartenances l’a remplie, davantage, mieux.

L’Interprétariat communautaire d’Appartenances a servi 64 000 heures de prestations, le nombre le plus important de son histoire. Ses collaboratrices et collaborateurs renouvellent sans cesse leurs compétences, s’adaptant à la réalité internationale et locale. Formé·es, encadré·es et fidèles aux valeurs de l’association, ils et elles sont capables d’assurer des prestations de très grande qualité dans le respect des principes éthiques de la profession, servant ainsi tant les intérêts des personnes migrantes que les politiques publiques d’intégration.

La Consultation psychothérapeutique pour migrant·es (CPM), pour sa part, a reçu près d’un millier de patient·es. Les nouvelles demandes ont augmenté de 50% par rapport à l’année précédente, et 213 personnes ont commencé un suivi durant l’année. Le secteur a également enregistré un nombre plus important de patient·es victimes de traumatismes de guerre, de violences collectives et interpersonnelles.

Les Espaces Femmes d’Appartenances ont accueilli durant l’année plus de 900 personnes (femmes et enfants) originaires de plus de 60 pays. La situation sanitaire, encore incertaine, a contraint les équipes à s’adapter et à se réorganiser sans cesse afin de répondre au mieux aux besoins des participantes et de leurs enfants. La préoccupation fondamentale a été de préserver l’accès aux activités de formation et de maintenir le lien avec toutes les participantes. L’année 2021 a aussi été marquée par le départ à la retraite d’Annie Piguet. Durant 16 ans, en qualité de responsable des Espaces Femmes, elle a contribué de manière déterminante au développement du secteur en articulant l’offre de formation, les activités de socialisation et l’accueil des enfants. Appartenances la remercie chaleureusement pour son engagement sans faille tout au long de ces années.

L’Espace Hommes d’Appartenances a poursuivi ses activités tout en s’adaptant, en 2021, aux directives sanitaires. Les participants, en nombre réduit, se sont vu proposer des formations et divers ateliers. Adaptées à des personnes peu ou pas scolarisées, les approches d’enseignement tiennent compte de leurs ressources et de leurs savoirs et utilisent des méthodes participatives basées sur des thématiques liées à la vie quotidienne et au contexte socioculturel. À titre d’exemple, les équipes ont abordé cette année, avec les bénéficiaires, les questions liées à la situation sanitaire et aux enjeux de la vaccination.

Enfin, le secteur Formation a fait un choix de thématiques liées de près aux réalités de terrain des professionnel·les. Il a également élaboré une nouvelle stratégie de communication. Ses offres de formation ont connu un grand succès. Il est vrai que, face à un monde de plus en plus incertain, la nécessité de sensibiliser les professionnel·les aux enjeux de la communication interculturelle est particulièrement importante. Le secteur Formation s’engage activement à soutenir cette mission au travers d’activités de formation variées, interdisciplinaires et innovantes. Grâce à la créativité et à la réactivité de ses collaboratrices et collaborateurs et de ses équipes formatrices, Appartenances a su maintenir sa mission de formation.

Appartenances continue et continuera de faire entendre sa voix. Cette remarquable persévérance est source pour nous d’une grande fierté. Nous pouvons nous appuyer sur une équipe aux qualités et aptitudes uniques, remarquables, continuellement renouvelées, une équipe pénétrée des valeurs qui, dès ses débuts, et aujourd’hui encore, continuent de légitimer son action, de faire en sorte qu’Appartenances ait tout son sens: solidarité, professionnalisme, exigence et esprit d’ouverture. Une seule visée continue de nous guider: par notre savoir-faire, notre engagement, notre énergie et nos compétences, assurer aux personnes migrantes leur accueil et leur intégration, avec l’espoir, cette année encore, d’un monde plus juste, plus solidaire, plus digne.


Vincent Barras
signature

Nathalie Narbel
signature

Appartenances

Bientôt 30 ans d’expérience dans le domaine de la migration

Créée en 1993 à Lausanne par un groupe de médecins psychiatres, psychologues, travailleuses et travailleurs sociaux, Appartenances est une organisation qui a pour mission de favoriser le mieux-être, la santé et l’autonomie des personnes migrantes et de faciliter leur intégration sociale tout en garantissant l’équité, la solidarité, la réciprocité et le respect de la dignité humaine. Appartenances déploie ses activités dans l’ensemble du canton de Vaud et dispose de cinq sites, à Lausanne, Vevey et Yverdon-les-Bains.

Reconnue comme un acteur majeur dans le domaine de la migration, Appartenances est un centre d’expertise en matière d’intégration sociale, de formation de base, de santé psychique des personnes migrantes, d’interprétariat communautaire et de formation des professionnel·les dans son champ spécifique.

Ses équipes pluridisciplinaires, formées de 236 professionnel·les qualifié·es, répondent de manière transversale aux divers besoins psychologiques et sociaux de personnes migrantes en difficulté. Ses collaboratrices et ses collaborateurs facilitent l’intégration des personnes migrantes dans la société d’accueil et favorisent l’ouverture de la société à leur égard.

L’association dispense également des formations aux professionnel·les de la santé, du social et de l’éducation travaillant avec des personnes issues d’autres cultures.

Appartenances reçoit chaque année, en moyenne, près de 1000 femmes, hommes et enfants dans ses Espaces sociaux, accueille 1000 patient·es lors de 11 000 heures de consultation, sert près de 64 000 heures d’interprétariat communautaire et forme plus de 700 professionnel·les.


Mission

Appartenances est une organisation présente dans le canton de Vaud dont la mission est de favoriser le mieux-être et l’autonomie des personnes migrantes et de faciliter leur intégration dans la société d’accueil, tout en garantissant l’équité, la solidarité, la réciprocité et le respect de la dignité humaine.


Les valeurs

Le respect de l’identité et de l’altérité

Appartenances se fonde sur une vision de l’être humain dans sa globalité; cette vision lui permet de consacrer son action et ses compétences aux personnes migrantes qui ont besoin de ses services. C’est en valorisant leur diversité, leurs singularités et leurs individualités que les approches spécifiques d’Appartenances se trouvent déterminées et motivées.

Les compétences

Appartenances, de par son activité spécifique, requiert de ses collaboratrices et collaborateurs une expertise spécialisée et une exigence élevée de professionnalisme. Elles se caractérisent par une complémentarité des compétences individuelles et des approches collectives mises en place dans les différents secteurs. Pleinement consciente des limites de son action, Appartenances joue un rôle actif dans le réseau des acteurs sociaux et sanitaires.

L’intégrité

Au cœur de la préoccupation éthique d’Appartenances se trouve la ferme volonté de répondre aux besoins véritables des personnes migrantes, sans les instrumentaliser, et en les respectant dans leur globalité. Par intégrité, Appartenances se rend redevable envers ses bénéficiaires, ses collaboratrices et collaborateurs, ainsi que ses divers partenaires, donatrices et donateurs. Cette valeur d’intégrité motive également la transparence de la gestion financière d’Appartenances, aussi bien que son engagement citoyen.

Comité

  • Vincent Barras président

    Médecin et historien de la médecine. Professeur et directeur de l’Institut des humanités en médecine CHUV-UNIL.

  • Jacques Zwahlen vice-président

    Juriste et ancien entrepreneur.

  • Alexandre Gillen trésorier

    Chef des finances de Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) à Genève.

  • Charles Bonsack membre

    Médecin chef du Service de psychiatrie communautaire au Département de psychiatrie du CHUV et professeur associé à l’UNIL.

  • Christa Calpini membre

    Pharmacienne indépendante à Puidoux-Chexbres et ancienne députée au Grand Conseil vaudois.

  • Michel Chavanne membre

    Avocat associé de l’étude r & associés et spécialisé en droit du travail.

  • Marion Mendelzweig membre

    Docteure en anthropologie et professeure à la Haute École de la Santé La Source à Lausanne.

  • Félix Stürner membre

    Professeur d’histoire et de philosophie au Gymnase intercantonal de la Broye, Municipal à Moudon et député au Grand Conseil vaudois.

Collaboratrices et collaborateurs

Au sein des équipes pluridisciplinaires d’Appartenances (236 personnes, 95.5 EPT), la diversité des compétences, des connaissances et des expériences génère force et dynamisme. Dans un environnement social en constant changement, cette énergie et cette créativité sont chaque jour sollicitées au service des personnes et des familles migrantes en difficulté. Spécialistes du travail social, formatrices et formateurs, éducatrices de l’enfance, psychologues et psychothérapeutes, médecins psychiatres, physiothérapeutes, interprètes communautaires et équipes administratives constituent une véritable communauté qui s’engage en faveur du mieux-être et de l’autonomie des personnes migrantes.

Salarié·es: 236

Bénévoles: 90

Collaboratrices et collaborateurs

Salarié·es 236
dont stagiaires 6
dont apprenti·es 3
Total EPT au 31.12.2021 95.54
Bénévoles 90

Consultation Psychothérapeutique pour Migrant·es

Salarié·es 31
EPT 18.58

Espaces Femmes

Salariées 29
EPT 18.79

Espace Hommes Lausanne

Salarié·es 5
EPT 3.3

Interprétariat communautaire

Salarié·es 158
dont interprètes 154
EPT 44.32

Formation, communication, recherche de fonds

Salarié·es 3
EPT 2.4

Direction / Administration

Salarié·es 10
EPT 8.15

Organigramme 2021

Organigramme 2021

Notre engagement pour la qualité

Selon nos valeurs et notre charte formation, nous nous engageons au quotidien pour assurer qualité, pertinence et cohérence dans nos formations et notre organisation. Un audit annuel, réalisé par un organisme certificateur agréé, permet d’évaluer notre progression et de renouveler notre certification eduQua depuis 2006. eduQua, une garantie de transparence et de qualité tant pour les participant·es aux formations que pour les donatrices et donateurs, financeurs et autres parties prenantes.

eduQua

5 secteurs

Espaces Femmes

Lieux de formation et de rencontres, les Espaces Femmes de Lausanne, Vevey et Yverdon-les-Bains proposent, depuis 1993, des activités destinées à des femmes migrantes en situation de précarité sociale et/ou économique ainsi qu’à leurs enfants en âge préscolaire. L’objectif principal est de permettre à chacune de renforcer son pouvoir d’agir tant au niveau personnel que familial ou social.

Des cours de français et de couture, ainsi que des activités de socialisation sont proposés aux femmes, tandis qu’un dispositif est en place pour accueillir leurs enfants. Ces activités favorisent l’autonomie et la création de liens sociaux et répondent au mieux aux besoins spécifiques des femmes migrantes. À travers l’apprentissage, les échanges avec d’autres femmes et en s’appuyant sur leurs propres ressources, les participantes renforcent leurs compétences et acquièrent de nouvelles connaissances. Elles développent ainsi une plus grande confiance en elles et une meilleure compréhension de leur environnement social et culturel, ce qui favorise leur intégration au sein de la société d’accueil.

L’Accueil enfants offre à leurs enfants la possibilité de fréquenter un premier lieu de socialisation hors du milieu familial et de s’immerger dans la langue française, avec l’objectif de les préparer à l’entrée à l’école.

Maintien du lien et adaptation des méthodes

En 2021, plus de 900 personnes (femmes et enfants) originaires de plus de 60 pays ont été accueillies par les Espaces Femmes. La situation sanitaire, encore incertaine, a contraint les équipes à s’adapter constamment et à se réorganiser sans cesse afin de répondre au mieux aux besoins des participantes et de leurs enfants. Les Espaces Femmes ont pu poursuivre leur travail dans le respect de plans de protection stricts. En effet, la préoccupation fondamentale durant l’année a été de préserver l’accès aux activités de formation et de maintenir le lien avec toutes les participantes.

Depuis 2020, le secteur a introduit les nouvelles technologies parmi ses outils pédagogiques. Celles-ci ont été essentielles dans cette situation sanitaire particulière. Dans le cadre des cours de français et d’alphabétisation, l’utilisation du numérique est venue, par exemple, appuyer le travail centré sur la phonétique, l’oralité et l’articulation des sons, qui était fortement entravé par le port du masque. Ces nouveaux outils ont également contribué à réaliser ponctuellement des suivis à distance, assurant ainsi la continuation du travail, notamment, dans le cadre des cours de couture. En outre, les activités communautaires ainsi que l’orientation sociale ont été régulièrement réadaptées et proposées même périodiquement à distance. Dès lors, ces nouveaux moyens numériques, qui ont été essentiels dans la situation sanitaire exceptionnelle, seront désormais développés et utilisés comme outils pédagogiques. Il convient de préciser que la maîtrise des outils numériques, indispensable à la vie en commun, contribue aujourd’hui pleinement au processus d’intégration.

Les jeunes enfants accueillis aux Espaces Femmes ont également subi cette situation de pandémie. En effet, le port du masque a modifié la perception de leur environnement. Ainsi, les éducatrices de la petite enfance ont eu l’opportunité de suivre une formation en soutien gestuel qui leur a permis d’approfondir leur réflexion autour de la communication des émotions et de la sécurité affective. Cette formation leur permettra, à l’avenir, de soutenir le travail de construction du langage oral chez l’enfant.

L’année 2021 a aussi été jalonnée de plusieurs événements qui ont mis en lumière les approches caractéristiques des Espaces Femmes. Par exemple, lors de la journée annuelle d’échange de pratiques, organisée par la Coordination romande pour la formation de base des adultes, la psychomotricienne du secteur a illustré l’approche interdisciplinaire pratiquée par les Espaces Femmes.

De plus, l’exposition « Migrations intimes » a été présentée au Forum de l’Hôtel de Ville de Lausanne. L’événement a accueilli plus de 800 visiteurs et visiteuses durant deux semaines, relayant ainsi auprès du grand public la parole des femmes migrantes.

Enfin, les Espaces Femmes se sont vu remettre le prix du Mérite de l’intégration de la Ville de Renens pour leur rôle majeur dans l’intégration sociale et professionnelle de femmes migrantes.

Les Espaces Femmes d’Appartenances poursuivront leur mission d’intégration et d’émancipation des femmes migrantes et de leurs enfants, dans un souci constant d’amélioration du dispositif, l’adaptant sans cesse à la réalité des participantes et de la société.

Heures de formation de base: 33 736

Femmes et enfants accueilli·es: 935

3 Espaces Femmes

Espace Femmes Lausanne,
Espace Femmes Vevey et
Espace Femmes Yverdon-les-Bains

Espaces Femmes

Contacts à l’accueil 1084
Participant·es 935
Femmes 62% 584
Enfants 38% 351
Heures suivies 58 169
Formation de base (français et couture) 58% 33 736
Activités de socialisation 5% 2 840
Activités enfants 37% 21 593
Les Espaces Femmes ont accueilli 935 femmes et enfants originaires de 61 pays.
Les pays d’origine les plus représentés sont: l’Érythrée 22%, le Sri Lanka 7%, la Syrie 6.6%, l’Afghanistan 6%, la Somalie 6%, le Kosovo 4.3%

Origine des participantes par région

Afrique 38%
Asie 22%
Europe 13%
Moyen Orient 11%
Amérique du Sud 9%
Inconnu 6%

Espace Hommes

L’Espace Hommes, situé au cœur de Lausanne, est un dispositif unique dans le canton de Vaud qui offre un accueil personnalisé aux hommes migrants en situation de précarité sociale et / ou psychique, orientés par le réseau social et médical.

Il s’agit d’un lieu de socialisation et d’intégration qui vise à prévenir la précarisation et à lutter contre l’exclusion. L’Espace Hommes propose des activités de formation, des rencontres et des échanges, ainsi qu’un accompagnement social. Ces activités offrent aux participants la possibilité de pratiquer le français et de construire des liens sociaux. Elles favorisent l’intégration, permettent la consolidation des compétences et le renforcement de l’estime de soi.

Accueillant des hommes de cultures, d’origines et de situations différentes depuis 1996, l’équipe de professionnel·les qualifié·es de l’Espace Hommes Lausanne renforce continuellement son expertise et la qualité de sa prise en charge.

En 2021, 38 hommes ont été accueillis à l’Espace Hommes, où ils ont pu bénéficier d’un accompagnement personnalisé et de prestations de formation et de socialisation.

Un dispositif flexible, innovant et efficace

L’Espace Hommes d’Appartenances a poursuivi ses activités tout en s’adaptant, en 2021, aux directives sanitaires cantonales et fédérales. Les participants, en nombre réduit, se sont vu proposer par l’Espace Hommes des formations et divers ateliers. Les méthodes et les approches utilisées encouragent l’engagement de chacun et accordent une attention particulière à leur situation individuelle, à la dynamique du groupe et aux attentes des participants. Adaptées à des personnes peu ou pas scolarisées, les approches d’enseignement tiennent compte de leurs ressources et de leurs savoirs et utilisent des méthodes participatives basées sur des thématiques liées à la vie quotidienne et au contexte socioculturel. Par exemple, les équipes ont beaucoup évoqué, avec les bénéficiaires, la situation sanitaire et les enjeux de la vaccination.

Soucieux de maintenir une évolution et une amélioration constantes dans ses pratiques, l’Espace Hommes renforce sans cesse la qualité de ses accompagnements. Ainsi, en 2021, les outils numériques ont été introduits dans les ateliers de français.

La situation administrative de chaque participant peut occasionner une instabilité et un manque de sécurité. De ce fait, il est parfois difficile pour eux de se montrer toujours disponibles pour les activités proposées.

Partant de ce constat, un suivi est mis en place, sous la forme d’un projet personnel pour chacun d’entre eux. Ce projet est évalué par l’équipe de façon trimestrielle et cette évaluation est restituée aux participants et à leurs assistantes sociales et assistants sociaux du réseau socio-sanitaire. De plus, un document d’autoévaluation est complété par le participant (avec le soutien de l’équipe accompagnée d’un·e interprète communautaire). Ainsi, l’évaluation de l’équipe et celle du participant sont discutées de façon périodique dans l’objectif d’instaurer un dialogue qui favorise les progrès du bénéficiaire. En effet, c’est bien le sens de l’accompagnement social: permettre au participant d’atteindre ses objectifs, de poursuivre son intégration, et de développer son autonomie sociale et son aptitude à s’insérer professionnellement au terme de son parcours dans l’Espace Hommes.

Comme au cours des années précédentes, l’Espace Hommes a dû refuser, en 2021, un nombre important de demandes d’inscription provenant du réseau médical et social. Ceci s’explique d’une part par la situation sanitaire, et d’autre part par l’augmentation des besoins de ce type de propositions: un espace, spécifiquement destiné à des hommes issus de la migration et qui font face à des difficultés dans leur parcours de vie. L’entrée dans le programme est possible à tout moment – pour autant qu’il y ait de la place – et les hommes y restent en moyenne neuf mois. Cette souplesse, de même que l’efficacité des méthodes utilisées et la qualité des compétences de l’équipe, contribuent sans aucun doute au succès de ce dispositif: plus de 80% des participants quittent l’Espace Hommes avec un projet concret: une formation, un emploi, etc.

La situation des hommes migrants, demandant asile et protection ou bénéficiant d’une admission provisoire, est d’autant plus précaire qu’il leur est souvent difficile, en raison d’un certain nombre de paramètres (santé, langue, isolement), de construire un projet d’avenir. L’Espace Hommes d’Appartenances, facilitateur de socialisation et d’intégration, leur permet d’envisager le futur et de s’y inscrire pleinement.

Taux de participation: 77%

Durée moyenne de participation: 7.3 mois

Espace Hommes

Participants 38
Contacts à l’accueil 186
Contacts à l’accueil Hommes 153
Contacts à l’accueil Femmes 33
Nombre d’entretiens individuels 82
Heures suivies 7 236
Ateliers de français, maths, bureautique et bois 3 662
Activités de socialisation communautaire 2 073
Activités de médiation et “Copeaux & Couleurs” 1 441
Accompagnement social 60
Taux de participation 77%
Taux de participants qui sortent avec un projet: 81.5%
Durée moyenne de participation 7.3 mois
L’Espace Hommes a accueilli 38 participants originaires de 13 pays.
Les pays d’origine les plus représentés sont: Syrie 18%, Sri Lanka 16%, Érythrée 13%, Afghanistan 13%, Éthiopie 11%,Turquie 8%

Origine des participants par région

Afrique 37%
Moyen Orient 37%
Asie 18%
Europe 8%
Amérique du Sud 0%

Consultation Psychothérapeutique pour Migrant·es

Dispositif indispensable et reconnu comme centre de compétences et d’expertise dans sa spécialité, la Consultation Psychothérapeutique pour Migrant·es (CPM) d’Appartenances propose des soins psychothérapeutiques et psychiatriques à l’intention de personnes (ou de proches de personnes) souffrant de troubles liés au processus de migration, à un vécu de guerre, de torture ou à toute autre forme de violence collective.

Une attention particulière est accordée à la culture d’origine des patient·es, à leur vécu migratoire ainsi qu’à leurs conditions de vie en Suisse. Le concours actif d’un·e interprète communautaire, formé·e, encadré·e et engagé·e par Appartenances, est souvent requis.

La CPM propose également son expertise dans le domaine de la psychiatrie transculturelle aux acteurs du réseau de la santé psychique dans le canton de Vaud. En outre, elle est l’une des cinq consultations ambulatoires en Suisse pour victimes de la torture et de la guerre (CTG) soutenues par la Croix-Rouge suisse. L’expertise de la CPM dans le réseau vaudois de soins pour les migrant·es est reconnue par tous les acteurs du domaine.

Augmentation de la demande et renouvellement des partenariats

En 2021, la CPM a reçu près de 1000 patient·es (originaires de 88 pays) dans ses trois consultations de Lausanne, Vevey et Yverdon-les-Bains. Les équipes pluridisciplinaires de la CPM (médecins psychiatres, pédopsychiatres, psychologues-psychothérapeutes, physiothérapeutes, assistant social) proposent des traitements spécialisés, selon différentes approches et cadres de référence théoriques, adaptés en fonction du type de problématique. Ces traitements se font par le biais d’entretiens individuels, de couple, de famille, ainsi que par des approches corporelles et groupales. La situation sanitaire explique sans doute l’augmentation de 50% des nouvelles demandes d’accompagnement reçues en 2021 par la CPM (213 personnes ont commencé un suivi durant l’année). Le secteur a également enregistré un nombre plus important, par rapport aux années précédentes, de patient·es victimes de traumatismes de guerre, de violences collectives et interpersonnelles. En outre, plus de la moitié des personnes suivies par la CPM ont un statut de séjour précaire (permis N, F ou débouté·es). Enfin, plus de 60% des consultations ont nécessité la présence d’un·e interprète communautaire.

Les professionnel·les de la CPM sont également intervenu·es dans le cadre de formations organisées par les secteurs de la Formation et de l’Interprétariat communautaire d’Appartenances. Plusieurs interventions dans le domaine de la santé psychique ont connu un grand succès, malgré les contraintes d’organisation imposées par la situation sanitaire. Les formations « Autour des traumatismes » et « Le traumatisme vicariant: comment le gérer en tant qu’accompagnant·e? » ont notamment affiché complet. De plus, les thérapeutes de la CPM ont été sollicité·es pour assurer des supervisions auprès d’institutions partenaires du réseau. En effet, ce dialogue permanent entre le terrain, les apports théoriques et les activités de formation ou de supervision permet d’améliorer de façon continue l’offre thérapeutique et sociale en faveur des personnes migrantes, tant à la CPM que dans l’ensemble du réseau socio-sanitaire du canton de Vaud.

Plusieurs partenariats ont été renforcés, notamment avec le Département de Psychiatrie du CHUV et l’Université de Lausanne. Dans ce cadre par exemple, la CPM collabore désormais avec la Professeure Eva Heim (Institut de psychologie) sur une recherche consacrée au traumatisme complexe chez les patient·es migrant·es. Ce projet de recherche vise notamment le développement d’un nouvel outil thérapeutique venant compléter ceux déjà utilisés par la CPM et qui pourra donc bénéficier directement aux patient·es. Depuis sa création, en effet, la CPM a toujours cherché à proposer des soins de qualité et à améliorer constamment les compétences de ses équipes.

La CPM d’Appartenances, plus indispensable aujourd’hui que jamais dans la situation internationale que nous vivons, réaffirme et réaffirmera sans cesse son engagement envers les personnes issues de la migration qui font appel à ses services. Cet engagement est garanti par des équipes mobilisées qui mettent leurs compétences au service de leur patientèle et du réseau socio-sanitaire vaudois et bénéficient de la dynamique et des synergies de l’ensemble des secteurs d’Appartenances.

Nombre de patient·es: 956

Pays d’origine des patient·es: 88

Consultation Psychothérapeutique pour Migrant·es

Patient·es 956
Femmes 508
Hommes 448
dont enfants (0-16 ans) 32
Nombre d’heures de consultation 10 761
avec interprète 61% 6 559
sans interprète 39% 4 202
 
Pourcentage CTG 51% 490 patients
La CPM a suivi 956 patient·es originaires de 88 pays.
Les pays d'origine les plus représentés sont: l’Afghanistan 13.28%, l’Érythrée 9.73%, le Kosovo 6.38%, le Sri Lanka 6.28%, la Turquie 6.28% et la Bosnie 5.23%

Origine des patient·es par région géographique

Afrique et Afrique du Nord 32.5% 311
Europe 29.5% 282
Asie 26.6% 254
Proche et Moyen-Orient 7.6% 73
Amérique du Sud 3.8% 36

Évolution des heures de consultation

2018 8 911
2019 7 817
2020 10 545
2021 10 761

Interprétariat communautaire

Plus grand service d’interprétariat communautaire de Suisse avec près de 64 000 heures dispensées en 2021 auprès de plus de 1000 institutions clientes, le secteur Interprétariat communautaire d’Appartenances propose, depuis près de 25 ans, des prestations à l’intention des institutions des domaines de la santé, du social et de l’éducation du canton de Vaud.

Un·e interprète communautaire participe aux entretiens entre les professionnel·les de la santé, du social et de l’éducation et les personnes migrantes, dans l’objectif de rendre possible et fluide la compréhension entre interlocuteurs et interlocutrices de langues et de cultures différentes. Son intervention tient compte des contextes socioculturels des personnes migrantes mais également des professionnel·les et fait appel à sa double maîtrise des langues et des cultures ainsi qu’à sa propre expérience de la migration.

Appartenances propose également à ses 152 interprètes, qui travaillent dans 69 langues, des formations qualifiantes – Certificat suisse et / ou Brevet fédéral d’interprète communautaire – des formations continues et des supervisions qui garantissent la qualité des prestations. Ainsi, les interprètes sont qualifié·es pour exercer leur rôle et respecter les principes éthiques de leur profession.

Engagement sans faille en faveur de la qualité de l’interprétariat communautaire

En 2021, le secteur de l’interprétariat communautaire s’est attaché à répondre aux besoins des institutions et à améliorer l’accessibilité aux prestations d’interprétariat. Ce faisant, le secteur a assuré près de 64 000 heures d’interprétariat au cours de l’année. Il s’agit là du volume de demandes le plus important dans l’histoire de ce secteur d’Appartenances, qui célèbre ses 25 ans d’existence. En 1997, 2300 heures d’interprétariat avaient été comptabilisées pour toute l’année. Cette évolution spectaculaire montre à quel point cette activité est devenue progressivement indispensable au bon fonctionnement des institutions dans les domaines sanitaire, social et de l’éducation.

Durant cette seconde année de pandémie, l’offre d’interprétariat à distance, par téléphone ou vidéo, s’est à nouveau révélée nécessaire: elle a ainsi représenté près de 10% des demandes. Ce chiffre a néanmoins diminué de moitié en comparaison à l’année 2020, témoignant de la préférence des professionnel·les pour des interventions en présence. En outre, fortement liées aux demandes d’asile, les langues les plus demandées en 2021 ont été l’arabe, le tigrigna, l’albanais, le turc et le dari/farsi/persan.

Pour soutenir ses activités, le secteur a pu compter sur sa permanence de conseil et d’assistance toujours à disposition de la clientèle pour orienter, assister et répondre aux questions. De plus, l’utilisation de l’application digitale a grandement facilité le travail de gestion et de coordination des demandes d’interprétariat.

Afin de répondre à cette augmentation de sollicitations, le secteur a renforcé ses capacités de manière significative en recrutant une vingtaine de nouvelles et nouveaux interprètes. En effet, répondre à la demande reste toujours une priorité.

L’équipe de formation des interprètes communautaires et des médiateurs et médiatrices interculturel·les est restée particulièrement active, malgré les restrictions sanitaires. Déterminée à maintenir ses activités, elle a su faire preuve de créativité et d’adaptation. Cinq modules de formation et de formation continue qualifiante ont ainsi pu être dispensés selon des modalités adaptées à la situation sanitaire. Les dispositifs pédagogiques ont ainsi été remaniés pour intégrer les ressources et les compétences développées dans le cadre du projet de digitalisation de la formation, entrepris depuis 2020. Ces évolutions sont désormais intégrées dans l’offre de formation des interprètes communautaires en Suisse romande.

Enfin, plusieurs collaborations ont vu le jour dans le cadre de séminaires de formation continue et de formation interne, notamment avec le CHUV et l’association palliative vaud. Ces dispositifs permettent aux interprètes de confronter leurs compétences à différents contextes professionnels spécifiques. Ils cherchent également à améliorer la collaboration avec les professionnel·les autour de thématiques spécifiques. Dans cette optique, plusieurs de ces séminaires ont été donnés conjointement avec des professionnel·les de différentes institutions qui collaborent avec des interprètes communautaires.

L’Interprétariat communautaire d’Appartenances renouvelle sans cesse ses compétences, s’adaptant à la réalité internationale et locale. Ses équipes, formées, encadrées et fidèles aux valeurs de l’association sont capables d’assurer des prestations de très grande qualité dans le respect des principes éthiques de la profession. Elles servent par là tant les intérêts des personnes migrantes que les politiques publiques d’intégration.

Nombre d’heures d’interprétariat communautaire: 63 760

Nombre de langues sollicitées: 69

Interprétariat communautaire

Interprètes communautaires 154
Nombre d’institutions clientes 1 041
Heures d’interprétariat communautaire 63 760
Interprétariat présentiel 91% 58 151
Interprétariat par téléphone ou visioconférence 9% 5 609
Volume d’heures effectuées par des interprètes communautaires formé·es 88%
Heures de médiation interculturelle 500
Nombre d’appels à la permanence 5837
Moyenne de délai de réponse des interprètes 
Demandes d’interprétariat satisfaites 93%
Réponses dans les 24 heures 90%
Réponse en moins d’une heure 77%
Réponse en moins de 15 minutes 67%
Réponse en moins d’une minute 49%

Heures d’intervention par domaine

Santé 66%
Social 22%
Éducation 11%
Administration, justice 1%

Formation romande des interprètes communautaires

Participant·es aux formations IC 513
Heures de formation 332
Interprètes communautaires formé·es ou en formation 112

Langues sollicitées

Nombre de langues sollicitées 69
Arabe 14%
Tigrinya 11%
Albanais 10%
Farsi / Persan / Dari 7%
Turc 7%
Portugais / Brésilien 6%
Tamoul 6%
Somali 5%
Bosniaque / Croate / Serbe 5%
Espagnol 5%
Autres langues 24%

Formation

Appartenances offre une large palette de formations continues sur les questions liées aux migrations, à l’interculturalité et à la violence organisée. Transdisciplinaire, la méthodologie suivie dans ces formations privilégie une réflexion sur la pratique professionnelle, ainsi qu’une élaboration des expériences personnelles et communautaires. Elles s’adressent aux professionnel·les de l’éducation, de la santé et du social, aux institutions publiques et privées, aux bénévoles des associations, aux collaboratrices et collaborateurs d’Appartenances et à toute personne intéressée.

En plus de son catalogue annuel, le secteur Formation d’Appartenances propose des formations pour les institutions du réseau. Des supervisions et des accompagnements individuels ou d’équipes sont également organisés à la demande.

En 2021, 2536 heures de formation ont été dispensées.

Flexibilité en faveur de la qualité

En 2021, les professionnel·les qui accompagnent des personnes issues de la migration dans les domaines de la santé, du social et de l’éducation ont pu compter sur les formations organisées par Appartenances. Les différents dispositifs d’apprentissage ont misé sur des méthodes pédagogiques participatives dans un environnement favorisant la co-construction et les échanges de pratiques dans le groupe. Les participant·es ont ainsi pu porter un regard réflexif sur leurs propres pratiques professionnelles afin de les enrichir. Plusieurs formations proposées avec les regards croisés d’interprètes communautaires ont su répondre aux besoins des professionnel·les en matière de compétences interculturelles.

Les formations consacrées aux traumatismes et à la santé psychique ont continué de susciter un grand intérêt au même titre que les sujets de la maladie grave et des soins palliatifs.

Les institutions partenaires du réseau d’Appartenances ont, cette année encore, fait appel au secteur Formation. En 2021, ce sont surtout des mandats régulièrement reconduits qui ont été remplis envers une vingtaine d’organisations. La richesse de la collaboration et la confiance mutuelle construite au cours des dernières années ont permis de garantir des prestations de qualité malgré les contraintes de la situation sanitaire.

La stratégie de communication renouvelée et un choix de thématiques de formation liées de près aux réalités de terrain des professionnel·les ont connu un grand succès. Ainsi, les formations figurant au catalogue ont toutes affiché complet, avec 54% des participant·es issu·es du domaine de la santé.

Grâce à la créativité et la réactivité de ses collaborateurs et collaboratrices, ainsi que ses équipes de formateurs et formatrices, Appartenances a su maintenir sa mission de formation. L’assouplissement des mesures sanitaires présage une reprise dynamique des activités du secteur. En effet, face à un monde de plus en plus incertain, la nécessité de sensibiliser les professionnel·les aux enjeux de la communication interculturelle n’a jamais été aussi importante. Le secteur Formation s’engage activement à soutenir cette mission au travers d’activités de formation variées, interdisciplinaires et innovantes. 

Professionnel·les du domaine de la santé: 54%

Professionnel·les du domaine du social: 41%

Formation

Participant·es 709
Heures suivies 2536.6

Domaine professionnel des participant·es

Social 41%
Santé 54%
Éducation 4%
Autres 1%

Finances

Rapport de l’organe de révision

Rapport de l’organe de révision

Bilan au 31 décembre 2021

CHF 2021 2020
Actifs
Actifs circulants
Liquidités 748 584.65 630 363.66
Créances résultant de livraisons et de prestations de service 1 178 195.45 1 258 443.28
./. Ducroire – 59 000.00 – 84 000.00
Autres créances 7 500.00 15 864.95
Actifs de régularisation 697 467.52 1 015 970.20
Total 2 572 747.62 2 836 642.09
Actifs immobilisés
Immobilisations financières 201 353.85 201 353.85
Total 201 353.85 201 353.85
Total actifs 2 774 101.47 3 037 995.94
Passifs
Capitaux étrangers à court terme
Dettes provenant de livraisons et de prestations 177 680.75 360 509.79
Dettes à court terme 163 937.20 655 726.35
Passifs de régularisation 299 791.12 147 356.00
Total 641 409.07 1 163 592.14
Capitaux étrangers à long terme
Dettes financières à long terme 528 000.00 528 000.00
Total 528 000.00 528 000.00
Capital des fonds 717 178.73 710 219.94
Total 717 178.73 710 219.94
Capital de l’organisation
Capital libre 87 709.15 87 709.15
Capital lié 799 804.52 548 474.71
Total 887 513.67 636 183.86
Total passifs 2 774 101.47 3 037 995.94

Compte d’exploitation 2021

CHF 2021 2020
Produits
Produits d’exploitation
Produits de dons et campagne de recherche de fonds 23 166.45 98 241.05
Contribution des pouvoirs publics 4 738 015.32 4 639 701.21
Variation des subventions à restituer – 77 678.92 – 2 525.97
Produits de prestations de service 7 748 739.59 6 914 971.88
Total 12 432 242.44 11 650 388.17
Charges
Charges d’exploitation
Charges de personnel – 9 836 418.55 – 9 394 201.22
Charges sur prestations – 1 226 916.15 – 989 845.00
Charges administratives – 1 058 347.12 – 1 172 181.18
Charges d’obtention de fonds – 13 657.37 – 12 070.15
Total – 12 135 339.19 – 11 568 297.55
Résultat d’exploitation 296 903.25 82 090.62
Résultat financier – 11 574.23 – 9 492.16
Résultat exceptionnel – 27 040.42 – 101 202.01
Résultat avant variation du capital des fonds 258 288.60 – 28 603.55
Résultat de l’exercice
Dotations au capital des fonds – 26 819.74 – 99 565.65
Prélèvements au capital des fonds 19 860.95 110 185.57
Dotations au capital de l’organisation – 251 329.81 0.00
Prélèvements au capital de l’organisation 0.00 17 983.63
Résultat de l’exercice 0.00 0.00

Soutien et engagement

Partenaires, donatrices et donateurs

Les partenaires publics et privés ainsi que tous les donateurs et toutes les donatrices permettent à Appartenances d’accomplir chaque jour sa mission et de développer des projets novateurs. Le comité et la direction les remercient pour le soutien et la confiance témoignés.

Partenaires publics

Canton de Vaud et Communes vaudoises

Canton de Vaud

Ville de Lausanne

Confédération


Partenaires privés

Nous remercions également:

  • 4 Roues de Secours – Services bénévoles de Vevey et environs
  • ACAT Suisse – Action des chrétiens pour l’abolition de la torture
  • Amnesty International, Section suisse, Groupe de Vevey
  • Arc-en-scène
  • ARPIH
  • Artist collective Revolta
  • Association contre l’Exclusion, Vevey
  • Association des Familles du Quart Monde – AFQM – Ouest Lausannois
  • Association Lire et Ecrire – Section Vaud
  • Association Partage-Riviera
  • Association Tandem
  • Association valaisanne pour l’interprétariat communautaire (AVIC)
  • Association vaudoise d’aide et de soins à domicile
  • Bénévolat Neuchâtel
  • Bénévolat-Vaud, Centre de compétences pour la vie associative
  • Cabinet Dr. Jean-Claude Métraux
  • Café Bienvenue, Clarens
  • CAMIR – Coordination Asile-Migration Riviera
  • CAP – Conseil & Accompagnement professionnel
  • Caritas Suisse
  • Caritas Vaud
  • CEMEA – Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active
  • Centre de psychiatrie du Nord vaudois (CPNVD) – Unités hospitalières pour adultes
  • Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV)
  • Centre LAVI – Fondation PROFA
  • Centre Prévention de l’Ale
  • Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR)
  • Centres professionnels du canton de Neuchâtel– Classes JET
  • Centres scolaires de Sierre
  • Collège du Mail, Neuchâtel
  • Commission consultative Suisses-Etrangers de Bussigny
  • Commission Intégration Suisses Etrangers (CISE)
  • Commune de Montreux
  • Confédération suisse – Service de lutte contre le racisme
  • Connexion-Ressources / Démarche
  • Coordination cantonale santé mentale pour les migrants en situation de précarité
  • CORREF – Orientation, réinsertion, formation
  • Croix-Rouge genevoise
  • Croix-Rouge vaudoise
  • CSC Centre Social Cantonal
  • CSP Centre social protestant – La Fraternité
  • CTG et les centres de consultation ambulatoire de St-Gall, Zürich, Bern, Genève
  • CTRL – Culture Relations
  • Droit de Rester
  • ECAP Vaud
  • École Supérieure Sociale Intercantonale de Lausanne (ESSIL)
  • Embellimur – mosaïques sociales
  • Entraide Protestante Suisse (EPER)
  • EPER – SAJE – Service d’Aide Juridique aux Exilé·e·s
  • EPER Bâle
  • Espace de vie enfantine Bourquin (Ville de Vernier, Service de l’enfance)
  • Établissement scolaire de Bex
  • Établissement Vaudois d’accueil des migrants (EVAM)
  • État de Fribourg – Direction de la santé et des affaires sociales
  • Fondation de Nant
  • Fondation de Vernand – ACCADOM – Service d’Accompagnement à domicile d’Yverdon-les-Bains
  • Fondation IPT – Intégration pour tous
  • Fondation Le Relais
  • Fondation Mode d’emploi
  • Fondation Point d’Eau
  • Fondation PROFA
  • Fondation Rive-Neuve
  • Formaction
  • Français en Jeu
  • Haute École de Santé Vaud (HESAV)
  • Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETLS)
  • Haute école de travail social Fribourg (HETS-FR)
  • HEP Vaud – Haute école pédagogique du Canton de Vaud
  • HES-SO
  • HES-SO Valais
  • Hôpital Riviera-Chablais
  • Hôpitaux universitaires de Genève (HUG)
  • INTERPRET
  • Kinderspital Zürich
  • Les arTpenteurs
  • Loterie Romande
  • Maison de santé communautaire
  • Maison de Santé, Neuchâtel
  • Mesure AccEnt (Centre vaudois d’aide à la jeunesse)
  • Œuvre suisse d’entraide ouvrière OSEO
  • ORS Suisse – Organisation for Refugee Services
  • OSAR – Organisation suisse d’aide aux réfugiés
  • Palliative vaud
  • PanMilar
  • Platerforme 10
  • Point d’Appui
  • Portail Migration Vaud
  • Rebond’Art
  • REL’IER – Informations, Réseau, Addictions – Fondation Le Relais
  • République et Canton de Neuchâtel – Département de la formation, de la digitalisation et des sports
  • République et Canton de Neuchâtel – Département de l’emploi et de la cohésion sociale
  • Réseau de Santé et Migration (RESAMI)
  • Se comprendre (Caritas)
  • Service de la cohésion multiculturelle (COSM), à Neuchâtel
  • Service des curatelles et tutelles professionnelles (SCTP)
  • SESAME – Soutien aux établissements scolaires lors de situations de suspicions d’abus sexuels ou de maltraitance d’élèves
  • Société Vaudoise d’Utilité Publique (SVUP)
  • SOS Asile Vaud
  • SPort’ouverte
  • Terre des hommes
  • Unisanté
  • Unité de Médecine des Violences (UMV)
  • Université de Fribourg
  • Université de Genève (UNIGE)
  • Université de Lausanne (UNIL)
  • Université Mainz
  • Vaudoise Assurances

Appartenances remercie chaleureusement toutes les donatrices et tous les donateurs privé·es, ainsi que les bénévoles, pour leur concours généreux.

Soutenez notre action.

Merci d’avance !

Tout don privé, quel qu’il soit, est précieux. Il renforce l’indépendance, la flexibilité et l’efficacité d’Appartenances au service des personnes et des familles migrantes en difficulté. L’association est financée en partie par les pouvoirs publics, mais elle a également besoin d’autres apports pour accomplir sa mission.

Vous pouvez soutenir notre action par un don en ligne sur notre site www.appartenances.ch ou sur notre CCP 14-373401-8. Vous pouvez aussi nous joindre par téléphone au 021 341 12 50 ou par e-mail à info@appartenances.ch. Vos dons peuvent être intégralement déduits de votre revenu imposable dans la limite des 20% prévue par la loi.

Vous pouvez également contribuer à notre action en devenant membre de l’association Appartenances. Consultez notre site sur la page www.appartenances.ch/nous-soutenir/devenir-membre et complétez le formulaire ad hoc ou écrivez à communication@appartenances.ch.

Conception graphique Marc Aymon & Adrien Cater | Développement Text Machines